Le coffre à outils

Est-ce que vous êtes dans la même situation que moi ? Chaque fois que j’ai besoin de poser un cadre, réparer un objet, ect. Les outils que j’ai besoin se retrouve dans le garage de la ferme. Et en passant, l’an dernier les hommes l’ont agrandi afin de pouvoir y entrer la batteuse. Sans blague, ils ont fait un travail magnifique. Tout à été classé, rangé, étiqueté. Une économie de temps et d’argent. Je vous mettrai des photos bientôt. Parenthèse terminé, revenons à nos moutons.

À la maison, j’ai le droit au reste; un vieux marteau, un gallon à mesurer cheap, quelques tête de tournevis et surtout rien à batterie. Le seul volt que j’ai droit est la force de mon poignet. Tandis que si je traverse au garage, c’est du 18 volt dans le tapis ! Toujours une batterie sur la charge. Je leur en veux pas, c’est leur outils de travail et ils en ont besoin. Moi, dans ma cuisine c’est la même chose, j’aime avoir des électros et des accessoires de cuisine de qualité.

Donc, pour revenir à mon constat qu’à la maison, je ne suis pas graillé en outils. J’avais plusieurs projets de construction et rénovation cette été et j’en ai fait des aller-retour afin d’aller chercher ce qui me manquait.

J’ai donc décidé de me bâtir mon établit maison. Si mon budget me le permettait, j’achèterai dans la marque The Original Pink Box. Des outils roses, c’est certain que je me les ferai pas voler par mon chum ou mes garçons. Il y a aussi ceux qui donnent un don pour le cancer du sein. Tout en étant pratique, ça permet de faire une bonne action. Ou j’y vais carrément avec des kits standards. Ma recherche d’outils n’est pas encore très approfondit. Je n’ai pas fait la liste de mes besoins. Je ne veux pas m’encombrer de trucs inutiles. Je suis justement dans une phase de rangement intense à la façon Marie Kondo.

Vous, de votre côté, comment est votre établit à la maison? Qu’est-ce que vous achèteriez à ma place? Quel marque?

Publicités

Allez… ose !

Ça fait longtemps que je me promène sur les blogues et chaînes Youtube. Il y en a qui m’ont touchés et qui m’ont fait un bien fou. Je vous les présenterai éventuellement. Toutefois, je ne me retrouvais pas tout à fait; elles sont trop jeunes ou elles n’ont pas d’enfants ou vivent en ville ou sont trop à la mode ou trop belles ou elles ont une belle carrière ou trop flyée ! Bref…

Moi, j’ai 34 ans, 3 enfants, conjointe d’un agriculteur. Parfois, je me compare à un produit No Name, je touche à tout, mais j’excelle dans rien. Je suis de la campagne, mais je n’ai pas grandit dans l’agriculture. Les weekend, été comme hiver, on bougeait. En visite à Montréal, en camping, en vélo, ski, etc. Quand j’ai rencontré mon conjoint j’avais 16 ans et lui, 17 ans. Nous avons eu notre premier enfant à 21 ans. Notre 2e, à 23 ans et le petit dernier à 28 ans. J’occupais un emploi à temps plein en plus de prendre des contrats pour du graphisme. J’aidais à la ferme lorsque les gars étaient au champs ou pour donner congé à ma belle-famille. Je parle au passé, car depuis le mois de mai, j’ai quitté mon poste. Moi et mon conjoint étions épuisés de ce rythme de vie. Je suspect même que j’étais limite burnout par mes réactions. J’ai maintenant quelques tâches à accomplir à la ferme en plus des traites du matin et du soir. Pour être honnête avec vous, je connais pas grand chose sur l’agriculture et je trouve ça difficile. On en jasera avec le temps 😉

Au fond de moi, j’ai l’envie folle de le faire mon blogue, avec mon Instagram et pourquoi pas ma chaîne Youtube! J’ai besoin d’un défi. De quoi je vais parlé, de tout, de rien, de choses qui font du bien. Je sais que plusieurs autres femmes vivent avec un agriculteur. Qu’elles y travaillent ou non, ce genre de vie n’est pas toujours évident. Il faut faire preuve de débrouillardise, d’autonomie, de polyvalence, de créativité, de sens de l’organisation, d’empathie. Il faut être forte dans bien des sens du termes. Je ne veux pas d’un blogue qui rumine (je me trouve drôle avec mes petits clin d’oeil) du négatif. Je veux du positif, des solutions et du plaisir ! Si je deviens trop plate, dites moi le !!

Je sais qu’avec vous, mes lectrices (je vous trouverai un petit nom d’amour bientôt), nous pourrons bâtir un blogue qui nous fera du bien.

N’hésitez pas à me partager des idées, des découvertes, des astuces.

En attendant, mon prochain article, je vous invite à aller lire le blogue d’Agrimom. Pour reprendre exactement les mots qui sont sur leur page À propos: « Agrimom est un blogue collaboratif qui a pour mission de faire connaître et promouvoir les producteurs agricoles du Québec. »